Message important:

Coronavirus | Cliquez ici pour suivre l’évolution de la situation

Un manoir que tout le monde connait

Publié le 21 août 2019 par François Tétreault
dans Culture

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

S’il est un sujet qui fait couler de l’encre et alimente les conversations passionnelles à Mascouche sur la conservation du patrimoine, le Domaine seigneurial en fait assurément partie. Qu’on le surnomme « le Manoir », « l’école Le Manoir », « le Manoir Notre-Dame » ou le « Domaine seigneurial », on fait habituellement référence au même lieu, aux mêmes bâtiments et à la même histoire. Je ne vous apprendrai probablement rien en vous disant que c’est un site qui a une valeur patrimoniale exceptionnelle pour notre région et notre ville; j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs citoyens qui m’ont raconté leurs histoires et leurs souvenirs à propos du Manoir et ils sont nombreux. Certains ont des souvenirs plus vifs que d’autres, car ils ont fréquenté l’établissement lors de leurs études secondaires, ont habité sur le Domaine ou y ont travaillé. C’est le cas notamment de mon ami Réal Robert dont le père, Roméo Robert, était gérant de la ferme de Mme Colville dans les années 1940 et qui a encore des souvenirs bien clairs des quelques années durant lesquelles il habitait la maison du régisseur avec sa famille.


Mon ami Réal Robert (à gauche) avec son frère Ruben (à droite) posant devant les grilles du Manoir seigneurial de Mascouche vers 1946-1947. Photo : Collection Réal Robert

C’est le cas aussi de son cousin Mychel Robert dont l’oncle et la tante travaillaient à l’entretien du Manoir à l’époque où les Frères de Saint-Gabriel en étaient propriétaires. Le jeune Mychel avait donc accès aux pièces du Manoir habituellement réservées aux frères ou au personnel enseignant. Voici un reportage que j’ai réalisé avec lui.

Il en va de même pour la famille Robillard qui a habité la maison blanche et verte située sur le Domaine (l’ancienne maison du gérant de ferme) et pour qui le Manoir n’avait plus aucun secret.  La famille Robillard devra quitter la maison en juillet 1989 à la suite de la résiliation du bail du nouveau propriétaire de l’époque. Je pense aussi à Madame Elvi Kannelmäe Edward dont le grand-père, Henrik Puhmas, a été jardinier pour Madame Colville jusqu’en 1954 et qui possède une superbe série de photographies de sa famille au Manoir de Mascouche. La liste pourrait continuer longtemps, prouvant que beaucoup de Mascouchois chérissent des souvenirs personnels ou familiaux en lien avec ce lieu patrimonial d’exception.


La famille Robillard, au printemps 1969, devant la maison du gérant de ferme du Manoir, qu’elle aura habité durant 22 ans. Photo : Collection René Robillard

Mais j’ai aussi entendu toutes sortes d’histoires loufoques à propos du Manoir : des histoires de fantômes qui y auraient élu domicile, des rumeurs de passages ou de tunnels secrets… Un homme me demandait dernièrement s’il était vrai que le général Louis-Joseph de Montcalm était venu au Manoir et si la reine d’Angleterre s’était vraiment cachée sous l’écluse du moulin lors de la Seconde Guerre mondiale!  Une autre personne m’a raconté que dans sa jeunesse, il y avait tellement de carpes au pied du barrage du moulin du Manoir, qu’on venait les pêcher au râteau! Presque à chaque semaine, j’entends une nouvelle anecdote issue du vécu ou de l’imaginaire des gens et je trouve cela fantastique de constater que le Domaine seigneurial de Mascouche fascine à ce point. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’histoire du Domaine seigneurial, la Société d’histoire de Mascouche vient tout juste de lancer un livre sur le sujet, projet sur lequel j’ai eu le privilège de travailler. Tous les détails sur ce livre se trouvent ici.

N’étant jamais las d’entendre les anecdotes et les souvenirs des citoyens à propos du Manoir, je vous invite à me les écrire en commentaire à ce billet de blogue. Vos souvenirs sont de l’histoire non écrite qu’il faut aussi sauvegarder!

François Tétreault

Le passionné de culture et de patrimoine

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport