Un jeu d’enfant

Publié le 23 octobre 2019 par Stéphanie Legros
dans Bien-être, Famille, Plein air

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

L’olympiade électorale franchie, alors que les jardins et que le potager se voient fermés et le temps, rafraichi, les belles journées d’automne sont à nos portes. Elles amènent avec elles les feuilles colorées et des idées neuves (on l’espère): quelque chose comme un vent de changement, ou du moins une ébullition certaine dans la population. Pourquoi ne pas s’en inspirer et se laisser tenter par un jeu réinventé, décomplexé, libre?

D’entrée de jeu

Le jeu libre m’a été présenté par des amies, qui en sont réellement passionnées. Elles m’ont initiée à cette pratique et m’ont même amenée à participer comme bénévole à une activité organisée à Montréal, au parc Maisonneuve, dans le cadre de la campagne #LibérezLeJeu de Kamik. Réel coup de cœur pour cette forme de jeu où les enfants sont les maitres d’œuvre, et où les adultes agissent, pour une fois, en observateurs.

Tantôt, des matériaux sont offerts sur le site (boites de carton, tissus recyclés, planches de bois, pneus); tantôt, ce sont les matériaux de la nature qui sont source d’inspiration. Des enfants grimpent avec vigueur, testent leur équilibre, construisent un sous-marin, une maison, un château, ou observent simplement, parce que l’action n’est pas requise non plus. C’est un superbe modèle où l’enfant est respecté dans sa force, sa créativité, sa prise de risques, mais aussi ses limites personnelles ce jour-là.

Simple? Oui, mais pas toujours

Si les bienfaits du jeu risqué sont démontrés, il n’en demeure pas moins que, comme adulte, c’est parfois difficile de lâcher prise, de laisser aller les enfants dans un espace où ils peuvent explorer, tester leurs propres limites. Ça parait simple à priori, mais ça nous confronte à nos propres limites et peurs. Par contre, en faire l’expérience, c’est l’adopté! Et on évolue aussi dans notre propre regard sur la vie, comme adulte.

Terrain d’aventures

Nos vastes espaces verts, à Mascouche, offrent une panoplie de lieux pour grimper, explorer, construire et créer. Que ce soit au parc du Grand-Coteau ou aux abords des rivières et ruisseaux, il suffit de laisser libre cours à nos idées pour faire du bien à notre cerveau en carence de nature.

Quand j’en ai l’occasion, j’aime me laisser porter à la création en concoctant quelque oeuvre éphémère. Que ce soit un mandala fait de feuilles, de noix de pin et de brindilles au sol une construction testant les lois de la gravité, j’aime savoir nos parcs, notre forêt, vivants. Au fil du passage des gens, du vent, il y a construction, destruction, reconstruction. La vie fait son oeuvre: rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, disait Lavoisier. Les adultes comme les enfants y retirent le sentiment de plénitude, d’épanouissement et de zénitude que l’on cherche tant.

En cette saison, laissez-vous emporter par le plaisir coupable de sauter dans un tas bien haut de feuilles savamment positionnées: faites campagne au nom du bienêtre.

Stéphanie Legros

La jeune maman à tendance écolo

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport