Message important:

Mascouche en zone rouge (alerte maximale) | Voir les mesures préventives

Repensez l’épicerie

Publié le 25 juillet 2018 par Stéphanie Legros
dans Bien-être, Environnement, Famille

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Chaque samedi, notre panier déambule à travers les allées multicolores de l’épicerie. C’est un rendez-vous hebdomadaire quasi obligatoire…. Eh oui! Si pendant longtemps, je trouvais la tâche pénible et stressante, d’autant plus quand on y intègre les enfants, maintenant je prends plaisir à débusquer parmi les milliers d’aliments, ceux qui sont les plus écologiques et les plus locaux possibles.

Des choix sensés censés changer notre quotidien

Je vous en parlais déjà dans quelques-uns de mes articles précédents: plusieurs de nos achats sont passés hors des murs de l’épicerie au fil des années (fruiterie, groupe d’achats en vrac, fermiers de famille, producteurs porcins, etc.). Dans cette optique, le temps chaud des dernières semaines appelle au parcours des marchés fermiers régionaux! Pour ce faire, deux pôles à Mascouche sont des incontournables. Les voici!

  • Le légendaire kiosque chez Ti-Père, sur le chemin de la Cabane-Ronde, est définitivement le meilleur endroit où faire le plein de maïs. D’ailleurs, cette entreprise familiale souffle ses cinquante bougies cette saison! Une raison de plus de célébrer! On y trouve aussi, en plus des épis dorés, des produits locaux, comme les patates de chez Cormier, le fromage en grains de la fromagerie Champêtre, des fraises, des bleuets et des framboises du Québec et une foule de douceurs comme les beignes aux patates, des tartes, du miel et j’en passe! Chez nous, on craque pour leur pizza rouge: dure à battre!
  • Après la cueillette de livres à la biblio, le dimanche matin, c’est au marché public de Mascouche, à quelques pas de là, qu’on se dirige! Les légumes des Jardins S. Coderre, les pains moelleux, les élixirs du Domaine Kildare, les fromages de la Suisse Normande: quelle abondance à portée de main!

Ces bonnes victuailles acquises, on complète notre épicerie avec ce que l’on a acheté en vrac, ce qu’on a au frigo ou au congélateur et ce que l’on retrouve dans les grandes surfaces. Celles-ci ont l’avantage, disons-le, de tout regrouper sous un même toit, un avantage immense pour les parents que nous sommes.

Préparation

Au carrefour de ces options pour faire l’épicerie, la clé pour réduire la facture et le gaspillage, en toutes choses, c’est la planification! En consultant les spéciaux de notre épicerie chaque semaine, je planifie nos repas pour les sept prochains jours. Je m’efforce d’y inclure les aliments restants des semaines passées: les fruits et légumes un peu moches finissent en potage, les viandes congelées depuis un bout de temps sont finalement cuisinées. Nous avons la chance d’avoir un congélateur vertical depuis peu et j’avoue que c’est une merveille pour organiser le congelé et le visualiser rapidement.

Pour consulter les aubaines de la semaine, j’ai installé une application sur mon téléphone (Flipp, dans notre cas), qui présente les circulaires en cours. De plus, un outil pour faire des listes, Trello, me permet de regrouper facilement mes idées-repas. J’ai donc une banque d’idées de repas faciles pour élaborer le menu.

Un sac à la fois

Un autre grand enjeu de l’épicerie: son transport! Nous avons pris l’habitude d’utiliser des bacs de plastique rigide et des sacs réutilisables pour faire nos courses hebdomadaires, mais il nous reste du chemin à faire en ce qui concerne les courses imprévues, pendant lesquelles l’on utilisait parfois des sacs à usage unique. D’ailleurs, au jour de la Terre, le 22 avril dernier, Mascouche s’est unie à plusieurs villes du Grand Montréal et a banni la vente et la distribution de sacs de plastique à usage unique de son territoire. Un grand pas pour l’environnement! Maintenant, le grand défi de notre famille est de minimiser l’usage des petits sacs employés pour contenir certains fruits et légumes, comme les pommes et les fèves, et celui de barquettes de styromousse. Pas simple! En ce sens, l’achat de sacs en filet, comme ceux utilisés pour laver les articles délicats, peut être intéressant! Si l’on veut allier la coquetterie à l’épicerie, certaines entreprises, comme Oko créations et SAKSAC, fabriquent même de très beaux sacs à fruits spécifiquement créés pour l’usage alimentaire.

Si toutes ces questions d’épicerie vous ont ouvert l’appétit, rendez-vous dans les marchés pour profiter pleinement de l’été! J’espère vous y retrouver pour discuter de vos meilleures trouvailles!

Stéphanie Legros

La jeune maman à tendance écolo

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport