Message important:

Mascouche en zone rouge (alerte maximale) | Voir les mesures préventives

Parlons Noël

Publié le 14 novembre 2018 par Myriam Des Granges
dans Bien-être, Famille

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

En novembre, c’est légal!

L’Halloween a à peine fermé les yeux que nous tournoyons déjà dans l’esprit des fêtes. Sans même entrer dans les magasins, je suis aveuglée par les lumières et le rouge et vert qui ornent les vitrines. « Qu’est-ce que tu veux toi pour Noël? « Tu fais quoi pour le temps des fêtes? »  « As-tu commencé tes cadeaux? » sont des questions qui remplissent joyeusement nos échanges et qui font peur à la fois et ça vient à peine de débuter. Tu imagines la personne qui ne fait rien ou qui n’a pas les moyens de donner? Nous entamons une période de l’année à double tranchant : on l’aime, on la redoute. Certains la détestent. Pour ma part, j’ai hâte. J’aime cette magie dans la mesure où il peut y en avoir. Cette année je me sens forte à accueillir ce grand train des fêtes. J’avoue que mon mini-moi me permet d’intensifier sa dimension féérique et de me replonger dans mon excitation d’enfant. Il est tout petit et ne comprend pas l’ampleur de cette locomotive monstre. Il n’est sous aucune influence, aucune attente. Je ne peux qu’avoir du plaisir à lui faire découvrir, à ma manière, la magie de Noël.

Un temps des fêtes à notre image

J’ai envie de vous dire : le temps de Noël, c’est beau, fabuleux, c’est magique, accueillant et rempli de générosité. Que nous devons arrêter de nous mettre une pression qui ne nous appartient pas. Que nous avons le droit d’avoir confiance en nos propres choix et de vivre ce tourbillon à notre façon. Mais ce n’est pas aussi évident que cela puisse paraître. Le temps des fêtes cache un côté nostalgique sous cette lumière aveuglante. Nous sommes si bombardés d’influences que nous en oublions ce que nous voulons vraiment. On juge aussi notre surconsommation ou notre minimalisme. Peu importe où l’on se situe, nos choix sont observés et nous nous questionnons sur les valeurs qui nous différencient, et qui nous relient.  Ce temps des fêtes que l’on dit rassembleur nous rappelle que des gens nous manquent, que certains sont seuls, malades, disparus. Je crois que nous devrions justement prendre le mois de novembre pour réfléchir à comment nous souhaitons profiter de cette période festive. Pour que ces fêtes soient remplies de moments inoubliables et sereins… avec une signature, que nous assumons.

Faire ce qu’on aime

Dans le fond, les gens qui à peine sortis de l’Halloween, sautent à pieds joints dans Noël, ne sont peut-être pas si fous. Ils s’organisent juste pour rester enthousiastes, pour ne pas être déçus et pris à dernière minute à subir en plein visage le temps des fêtes.  Moi aussi, aujourd’hui, en ce mois de novembre, je commence à préparer mon propre tourbillon de magies, à planifier des activités qui m’inspirent. D’ailleurs j’ai envie de vous partager mes trouvailles. Ce ne sont que des suggestions, pas des conseils, car je vous souhaite de trouver et de faire ce qui vous plaît!

Premièrement, je ne vous cacherai pas que je suis comédienne. Vous ne serez donc pas étonnés que ma première suggestion soit d’assister à Joyeux travail – Joyeuse matinée, pièce présentée à la Salle du conseil de la Cour municipale de Mascouche. Je joue et je vous offre un spectacle rempli d’amour et de magie de Noël. D’abord adressé aux tout-petits de 12 mois à 7 ans, cette histoire pourra aussi combler votre cœur d’enfant et votre soif de féérie. Le 7 et le 16 décembre prochain, vous pourrez amener votre marmaille et vous laisser imprégner de l’esprit de Noël!

Ma deuxième proposition vous invite à utiliser vos talents et votre créativité au service de la confection de pensées. On oublie souvent qu’à la base, les cadeaux sont faits à la main par les lutins du Père Noël.  Étant nous-même, en quelque sorte, le Père Noël ou le lutin de quelqu’un, suivons les traces de la tradition! Go! Amusez-vous à faire de Noël une fête de fierté par vos créations. Vous n’avez pas d’idée? Vous pouvez concevoir un centre de table, cuisiner et décorer des biscuits, des pâtés, des confiseries, fabriquer des cartes de souhaits, inventer des poèmes noëllesques et les transcrire sur du beau papier! Ce qui importe, c’est que vous preniez du temps pour vous, et avec les vôtres, pour faire des pères Noël et des lutins de vous-mêmes!

Si l’idée de confectionner te lève le cœur, pas besoin de se décourager, on trouvera comment Noël peut te ressembler.

Tu peux offrir ton chez toi pour des rencontres humaines, des chocolats chauds, des doudous réconfortantes, des films, des amis, un bon souper potluck, etc. Rien de trop compliqué! Juste besoin de gens prêts à recevoir avec sourire, pour le plaisir. On oublie que les vacances servent aussi à se reposer. Donc, pas de gêne à se voir pour un thé chaud à tricoter nos anecdotes de l’année.

Le traditionnel calendrier de l’avant nous offre justement la chance de pas nous oublier.  Vingt-quatre cases, vingt-quatre plaisirs à planifier pour chaque jour. Commencez tout de suite à l’échafauder à votre image. Ça serait dommage qu’en janvier, au retour au travail, on soit déçu de pas avoir fait ce que nous voulions vraiment, ce à quoi on rêvait et qui nous tenait au travail loin des dernières lueurs du faible jour.

N’oubliez pas que pour mériter les douceurs des boissons chaudes, les gourmandises et les surprises, il n’y a rien de mieux que de faire geler nos membres dehors.  Osez les plaisirs d’hiver! L’hiver, ça fait du bien! L’air frais dans les poumons et les belles joues aussi rouges que le nez. Profitons de ce paysage mystérieux et lugubre parfois, avec ses arbres sans feuilles et habités par son blanc réflecteur. J’aime les sports d’hiver, ce qui doit contribuer à mon appréciation de la venue des flocons. L’idée de me réchauffer autour d’un feu après avoir suer des glaçons me motive et me tient dehors.

Soyons positifs! Soyons prêts à accueillir l’hiver et le temps des fêtes! Et si nous pouvons faire en sorte que d’autres le soient aussi, ne nous gênons pas pour offrir encore plus. Pour y parvenir, la Guignolée de Mascouche est une excellente initiative: un mouvement extraordinaire auquel tous peuvent participer. Si le cœur et le temps vous le permettent, donnez de l’espoir et du cœur à l’humanité.

Myriam Des Granges

La jeune artiste mascouchoise débordante de créativité

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport