Message important:

Coronavirus | Cliquez ici pour suivre l’évolution de la situation

Novembre en décroissance

Publié le 21 novembre 2018 par Stéphanie Legros
dans Bien-être, Environnement

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Plus la chaleur de l’été, pas encore la féerie du temps des fêtes et quelques heures d’ensoleillement en moins au compteur, novembre est souvent un mois plutôt sombre, gris, voire déprimant. C’est un mois où la nature apparaît en dormance: un climat parfait pour refaire son cocon en prévision des grands froids, et pourquoi pas, refaire son monde sous le signe de l’épuration et du minimalisme.

Être

Revoir l’ensemble de ses possessions n’est pas une mince affaire, disons-le, mais pour le faire, ou du moins pour amorcer le processus, vaut mieux avoir l’esprit libéré.

Visiter des lieux empreints de calme peut contribuer à nous guider vers cet état d’esprit. On pense spontanément à notre étang ou à la forêt, mais pourquoi pas un passage à la bibliothèque municipale? Une lecture inspirante pourra nous accompagner sous la couette et préparer notre esprit au grand renouveau.

Qui plus est, pour éveiller nos esprits à de nouveaux horizons, deux expositions prennent place à la bibliothèque jusqu’au 29 novembre: l’organisme ANIMATE y présente les photos d’enfants de la diversité et l’artiste peintre Isabelle Caya, ses oeuvres colorées aux personnages espiègles. Une belle façon de se ressourcer sans le moindre achat!

Après cette tournée au royaume de Gutenberg, direction maison pour prendre la pédale douce et retrouver le calme nécessaire. Pantoufles aux pieds et musique méditative, je suis prête à affronter la société de consommation, une assiette à hors-d’oeuvres à la fois!

Avoir (moins)

Depuis quelque temps, nous essayons d’appliquer le principe qui suit: quand un objet entre, un autre sort. Ça parait simple, mais c’est souvent infiniment plus facile d’intégrer de nouveaux objets que de se libérer de biens. Ceux qui sont les plus faciles à laisser partir sont fort probablement les items non sentimentaux, comme la paperasse accumulée. Voilà là un bon projet pour démarrer! Quand on arrive aux objets utilitaires, ou pire à ceux qui évoquent des souvenirs, ça devient plus compliqué (mais pas impossible! courage!).

Quand il y a hésitation, j’aime bien placer les items litigieux dans une armoire de quarantaine, une idée empruntée à Cindy Trottier qui tient le blogue Tendance Radis : on les laisse là pendant 40 jours et 40 nuits (ou le temps souhaité, il ne faut pas être trop rigides quand même!); si l’on n’a pas eu besoin de l’objet pendant ce laps de temps, c’est fort probable qu’il ne nous soit plus nécessaire. Si on vient le rechercher, c’est qu’il a sa place, le but n’étant pas de donner pour donner, et de remplacer quelques temps plus tard, mais de se libérer du superflu pour mieux respirer!

Une fois le tri effectué sur un lot d’items, reste à voir comment se départir des objets. Parfois, ce qui est devenu obsolète chez nous trouve une place de choix chez des membres de notre entourage. D’autres fois, une seconde vocation peut leur être trouvée chez nous ou chez les autres: les plats de coquilles saint-jacques font de superbes plats à collation et les écharpes de maman, des déguisements multifonctions. Les réseaux sociaux sont d’une grande aide pour trouver preneurs! Plein d’options pour nos sert-plus-à-rien!

Alors, quel article sortira de votre demeure ce mois-ci?

Stéphanie Legros

La jeune maman à tendance écolo

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport