Message important:

Coronavirus | Cliquez ici pour suivre l’évolution de la situation

Mascouche, population : humains et canidés

Publié le 6 mars 2019 par François-Xavier Clermont
dans Animaux, Environnement, Plein air

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Il y a quelque temps, alors que je me promenais avec Dtox, j’ai fait une magnifique rencontre; un petit renard roux qui traversait la rue tout bonnement. Étant un grand passionné des canidés, j’ai passé quelques minutes à l’observer (Dtox aussi d’ailleurs) et ça m’a donné l’idée de cet article. Pourquoi ? Parce que nous avons malheureusement souvent tendance à penser que les autres canidés en ville sont une nuisance, alors qu’il en est tout autre.

Leur présence peut paraître parfois surprenante, mais elle est normale et nécessaire.

Coyotes

Mascouche est reconnue comme étant une ville agricole, plusieurs cultivateurs s’y sont installés puisque nos terres sont riches et très fertiles. Cependant, lorsqu’il y a présence de terres agricoles, il y a alors de la nourriture pour plusieurs espèces animales, comme le chevreuil. Ce dernier, qui profite de nourriture facilement accessible et abondante, attire d’autres espèces, comme le coyote, l’un de ses prédateurs.

Par contre, le chevreuil apporte avec lui une voyageuse moins agréable; les tiques, dont certaines sont porteuses de la maladie de Lyme. Avec le réchauffement climatique, elles sont plus présentes dans nos régions et même si elles ciblent d’abord les chevreuils, elles s’attaquent aussi aux petits rongeurs, comme les rats et les souris.

On peut penser que le coyote aime bien se régaler dans nos poubelles, mais les recherches démontrent qu’ils préfèrent encore davantage les proies fraîches. Les coyotes, qui s’attaquent aux chevreuils, nous permettent donc de garder une bonne régulation dans la population de ces derniers, en plus de contrôler la propagation de la tique.

Que faire si vous en croisez un ? Gardez un œil sur lui, sans le fixer dans les yeux, et éloignez-vous. Si vous êtes avec votre chien et qu’il est de petite taille, prenez votre compagnon dans vos bras afin que les mouvements de celui-ci ne mettent pas le coyote dans une phase de prédation.

Renards

Ces petites bêtes mignonnes sont très présentes à Mascouche. De nature craintive, mais curieuse, nous pouvons l’observer plus souvent que le coyote, qui sait se faire très discret.

Le renard se nourrit principalement de petites proies, comme les écureuils, les rats et certains oiseaux, mais il sait aussi s’adapter aux saisons et à son territoire. En été, nous pouvons le voir manger quelques fruits et légumes qui poussent sur nos terres.

Il est particulièrement utile, tout comme le coyote, pour contrôler la population de tique. En effet, en s’attaquant aux petits rongeurs, il permet de réduire, ou du moins ralentir, l’expansion de ce petit arachnide.

Le plus important

Si nous n’avons pas vraiment peur des renards, le coyote peut, quant à lui, nous inquiéter un peu plus. Par contre, vous pouvez dormir tranquille, le coyote n’aime habituellement pas être en présence des humains, et dans un territoire aussi riche en proies et en nourritures pour lui, il n’a donc aucun avantage à vouloir s’attaquer à nous.

Le plus important, c’est de ne pas les nourrir. Ils peuvent s’aventurer dans nos quartiers résidentiels, mais s’ils ne trouvent pas de nourriture, ils resteront en périphérie. En les nourrissant, on les met en danger, ils pourraient se faire happer par une voiture, mais nous mettons également nos animaux domestiques en danger. Les chats et les petits chiens pouvant devenir des proies potentielles.

Lorsque nous en croisons, restons à l’écart, observons-les et apprécions ce moment. La cohabitation est non seulement possible, elle est nécessaire.

Et vous, quelle belle observation avez-vous pu faire à Mascouche ?

François-Xavier Clermont

L'amoureux des compagnons à quatre pattes

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport