Message important:

Coronavirus | Cliquez ici pour suivre l’évolution de la situation

L’hiver sous les projecteurs

Publié le 27 février 2019 par Stéphanie Legros
dans Bien-être, Culture, Famille, Plein air

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Les pluies verglaçantes et les bordées de neige ont bien mis à l’épreuve nos muscles de pelleteurs cette année. Quelques courbatures et maux de dos plus tard, qu’en reste-t-il? Tout un terrain de jeu pour la raquette, le ski de fond, la glissade et le patinage (dans nos entrées!) pour sûr, mais aussi un regard renouvelé prêt à découvrir mots et images.

Un panorama pour voir l’hiver

Même si mes talents de patineuse artistique ne se sont pas encore révélés (ça s’en vient, j’ai espoir!), j’ai pris gout, ce mois-ci, à profiter de lumière éblouissante qui baignait le manteau blanc porté par le sol, à gravir les coteaux formés à la puissance des vents hivernaux, à courir dans la neige. L’hiver nous livre, année après année, une blancheur immaculée, pure, frigorifiante et, j’oserais dire, nécessaire après des semaines de grisaille et de déprime. Les minutes lumineuses que nous nous réapproprions en fin de journée s’avèrent salvatrices à cette période de l’année! De la vitamine soleil! Ouf…et enfin!

Des mots pour dire l’hiver

Pour l’amoureuse de notre langue que je suis, c’est aussi la chance de réentendre la beauté du champ lexical qui entoure l’hiver et, qui plus est, qui évoque ce qui va de la neige à la pluie, de la texture à la forme: névasse, giboulée, congère, virga, gadoue, poudrerie, bordage, tiaffe et tant d’autres. La neige, on la dit folle, poudreuse, éternelle, pourrie (!?!), tôlée. On affronte ou l’on brave l’hiver tel un guerrier, on le traverse comme un long chemin cahoteux ou on l’apprivoise avec temps et patience. Autant de bijoux de mots pour décrire un phénomène qui nous touche profondément depuis l’enfance: notre doux, et parfois dur, hiver québécois. C’est dire notre relation amour-haine pour cette saison.

Et tout un cinéma pour le vivre!

Avec la fin de la saison froide s’amène aussi une grande occasion pour tout enfant d’âge scolaire: la fameuse relâche! Pendant cette semaine de repos bien mérité, du 1er au 8 mars, se tiendra la troisième édition de la Semaine du cinéma en famille, un évènement propulsé notamment par Art Partage, par les villes de Mascouche et Terrebonne et par la Société de développement culturel de Terrebonne (SODECT). Une foule d’activités est à l’horaire de nouveau cette année: présentation de films (La Course des tuques, Pachama le trésor sacré, Les livres des enfants du monde, Dans la forêt enchantée d’Oukybouky et Dilili à Paris) au pavillon du Grand-Coteau et kiosques de création avec écrans verts et outils d’animation image par image. La semaine se conclura au contact des éléments avec la projection de courts métrages en plein air à l’île-des-Moulins: boissons chaudes et feu inclus!

Ces activités au froid ou au chaud auront tôt fait de faire apprécier l’hiver et le septième art aux plus grands comme aux plus jeunes d’entre nous. De quoi se faire tout un cinéma, en mots et en images, d’ici la bordée des corneilles, la toute dernière neige avant le printemps!

Stéphanie Legros

La jeune maman à tendance écolo

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport