Le bonheur avec un grand M

Publié le 18 novembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Bien-être, Culture, Famille

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Depuis un mois, un de mes étudiants s’amuse à tester son niveau de bonheur avec l’outil L’indice du bonheur de la firme de sondage Léger. Chaque fois, ça me fait rire; son indice de bonheur ne le satisfait pas, comme s’il ressentait son cœur plus léger que ce que lui propose son pointage! Je finis par lui demander en riant : mais qu’est-ce qui te rend heureux, donc?

Mascouche fait partie des 50 villes Québécoises où l’on compte le plus de gens heureux, selon l’étude réalisée en janvier 2019. La firme a sondé plus de 36 231 Québécois.es de partout à travers la province. Voici parmi les facteurs proposés par le sondage, ceux pour lesquels Mascouche devrait, selon moi, figurer dans le top 10 des villes heureuses.

L’accomplissement

Le premier facteur permettant d’évaluer si nous sommes heureux est celui de l’accomplissement, à savoir si nous menons la vie que nous souhaitions vivre. Notre ville de près de 47 000 habitants comprenait 13 360 familles (deux personnes ou plus) lors du dernier recensement en 2016. Ce qui témoigne d’une vitalité certaine : des écoles, des quartiers en expansion, des parcs dans lesquels on investit pour mieux les investir, des services qui les accompagnent comme les équipes sportives, et encore une nouvelle piscine.

L’authenticité

Le caractère authentique, c’est notre identification, nos racines, nos valeurs. On a qu’à se balader au cœur de la ville, sur Sainte-Marie, le noyau villageois, pour ressentir toute l’authenticité de Mascouche. Une saveur locale, une odeur du passé, des commerces que nous devrions interpréter comme un guichet à sourires, comme un espace pour se rencontrer. Et il n’y a pas que les commerces qui attirent les foules; le Festival Chapo fait sortir les Mascouchois (et plus) depuis deux ans. On sent que les citoyens ont besoin de s’amuser chez eux et Mascouche veut combler ce besoin. Imaginez la revitalisation du Domaine seigneurial!

L’amitié

Dans un de mes précédents billets, je vous parlais de la fraternité du voisinage. On retrouve chez nous de nombreux «oiseaux migrateurs» qui sont revenus faire leur nid dans nos quartiers. Personnellement, il m’arrive plus souvent qu’autrement de croiser des anciens camarades du secondaire (et ça commence à faire une paie) voire même du primaire. Je ne suis donc pas la seule Mascouchoise à y avoir passé les trois quarts de ma vie. Des gens qui s’établissent là où ils ont grandi, c’est bien. Mais de savoir que la majorité de ces gens ont un lien entre eux, il me semble que la collégialité prend tout son sens.

Vivre dans le présent

Ouf! Quelle tâche en 2019. Pourtant, prendre une marche, respirer l’air frais, admirer le paysage, aller au parc, prendre un café sont tous des petits gestes, beaux, bons, gratuits et hyper accessibles dans la ville. Et si c’était notre résolution pour 2020? Je suis convaincue que les sondages propulseraient notre indice du bonheur mascouchois vers les premières places. Testez votre indice du bonheur ici. (Mon score est de 75 pour une moyenne de 70!)

Cynthia Lemieux

La maman active et engagée

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport