Message important:

Coronavirus | Cliquez ici pour suivre l’évolution de la situation

La grande Madame Huguette

Publié le 29 mai 2019 par François Tétreault
dans Culture

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Dans la vie, il y a de ces gens qui vous marquent. Des personnes d’exception, plus grande que nature, dont le vécu et la sagesse nous dépassent. Au cours des sept dernières années, j’ai eu la chance d’apprendre à connaitre une de ces personnes et j’ai envie de vous la présenter. D’abord Huguette Lévesque, ensuite Huguette Lamoureux et finalement Huguette Lévesque Lamoureux; moi, je préfère l’appeler affectueusement Madame Huguette.

Née à L’Épiphanie, Huguette est la fille d’un couple de bouchers-épiciers. Après avoir complété sa septième année, ses parents n’ont plus les moyens de payer ses études et elle devient, comme bien des femmes dans le contexte de cette époque, femme au foyer. Elle rencontre André Lamoureux qu’elle épouse en 1958 et le couple emménage alors dans une maison du chemin Sainte-Marie. Son beau-père, Léon Lamoureux, était banquier à la succursale mascouchoise de la Banque provinciale et y œuvra de 1948 jusqu’à son décès en 1966. Deux ans plus tard, Huguette et son mari déménagèrent dans l’ancienne banque et en firent leur nid d’amour où ils élevèrent leurs deux filles.

Dès l’âge de 12 ans, Huguette s’intéresse à la photographie grâce à son oncle qui possède un appareil photo. Dès lors, elle photographiera tous les événements, toutes les personnes et les bâtiments qui se trouveront sur son chemin. Il y a quelques années, Mme Huguette a légué une partie de sa précieuse collection de plus de 13 000 photos anciennes à la Ville de Mascouche, collection qu’on peut d’ailleurs consulter en ligne ici. Huguette aime à dire que cette collection représente sa vie en images; et avec raison!

Au printemps 1968 Madame Huguette découvre un organisme qui changera un peu le cours de sa vie; j’ai nommé l’AFEAS (Association féminine d’éducation et d’action sociale). Elle y découvre des femmes qui sortent de leur foyer pour venir se rencontrer entres-elles et s’adonner à toutes sortes de travaux d’artisanat. Cette situation a l’air anodine, mais il faut savoir qu’à l’époque, la place des femmes était souvent à la maison derrière les fourneaux, à élever la marmaille. Après avoir assisté à sa première exposition de l’AFEAS, elle revient à la maison et dit à son mari que désormais, elle fera partie de cette organisation de femmes… et lui demande de lui acheter un métier à tisser! C’était le début de l’émancipation pour Huguette. Elle installe donc son atelier de « tissure » au deuxième étage de sa maison et tisse toutes sortes de travaux comme des catalognes, des couvre-lits, des nappes ou des linges à vaisselle (je possède d’ailleurs jalousement deux linges à vaisselle tissés par Huguette et je dois avouer que ce sont mes préférés).

Madame Huguette, tout sourire, derrière son métier à tisser en 2016.

Madame Huguette s’implique aussi de mille et une façons dans la communauté en étant notamment commissaire d’école, en s’impliquant dans la fondation du CLSC Lamater ou en militant pour avoir une première bibliothèque à Mascouche. Grande défenderesse du patrimoine et amoureuse de généalogie, elle a toujours tout fait pour que l’on se souvienne de l’histoire de notre ville qui a tant changé depuis son arrivée à la fin des années 1950.

En 1992, Huguette Lévesque Lamoureux signe une pétition pour la construction d’une bibliothèque à Mascouche. Photo: Ville de Mascouche

Depuis le 2 mai dernier, Mme Huguette a quitté sa coquette chaumière après plus de 60 ans de vie à Mascouche pour se rapprocher de ses filles et a élu domicile à Vaudreuil-Dorion. Une autre page d’histoire tourne quand une personne comme Huguette quitte notre ville et un nouveau chapitre de vie débute pour mon amie. Son ancienne maison (qui restera toujours « la maison d’Huguette » dans ma mémoire) est appelée à devenir un café dont le nom rappellera les origines autochtones du toponyme « Mascouche ». Beau clin d’œil à Huguette qui aime tant l’histoire et qui est fière de savoir que sa maison deviendra un lieu de rassemblement où l’on pourra se souvenir de nos origines. Bonne chance dans votre nouvelle vie Huguette!

Quelques jours avant son déménagement, Huguette pose fièrement devant la maison qu’elle aura habitée pendant plus de 60 ans.

François Tétreault

Le passionné de culture et de patrimoine

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport