Existe-t-il une culture mascouchoise?

Publié le 6 novembre 2019 par François Tétreault
dans Culture

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Dernièrement, je réfléchissais au fait que je dois vous parler de culture et de patrimoine dans mes billets de blogue. Depuis qu’on m’a proposé ce mandat, je me rends compte qu’il est plus naturel pour moi d’aborder le sujet du patrimoine et de l’histoire, car ces concepts me semblent plus concrets. En effet, la culture est une chose beaucoup plus fine et subtile à expliquer. Quand on demande aux gens « c’est quoi la culture? », beaucoup d’entre eux répondent en énumérant des disciplines culturelles ou artistiques comme le théâtre, la littérature, la danse ou les arts visuels. Et ils ont raison! Mais ma définition de la culture est plus large que cela. Pour moi, la culture, c’est un ensemble de choses qui fait que les individus d’un groupe se reconnaissent entre eux et qui crée un sentiment d’appartenance. Si vous avez déjà voyagé dans un pays étranger, vous avez surement vécu un moment où vous deviez décrire à votre interlocuteur les spécificités de la culture québécoise. Très souvent, lors de cet exercice, on se réfère à des traits quelque peu stéréotypés de notre culture comme : la poutine, Céline Dion, le rocher percé, Félix Leclerc, la passion du hockey, le château Frontenac, Gilles Vigneault, le sirop d’érable, les chansons à répondre et la ceinture fléchée. Mais l’exercice a ceci d’intéressant qu’il nous fait prendre conscience que les éléments culturels nommés sont dans le domaine de la gastronomie, des personnages célèbres, des paysages patrimoniaux et naturels, du sport, du patrimoine bâti, de la musique et du patrimoine vivant. Évidemment, il existe une panoplie d’autres spécificités culturelles au Québec et chacun d’entre vous pourrait m’en nommer plusieurs.


La rivière Mascouche, ses rapides et le barrage du vieux moulin constituent un bel exemple de paysage culturel patrimonial mascouchois. Photo : François Tétreault

Ceci m’amène à me questionner s’il existe des traits qui permettraient d’identifier une culture mascouchoise! Au niveau de la gastronomie, nous pourrions parler des patates des Bérard sur la Côte-Georges, du lait de la ferme Paquette au coin des chemins Saint-Pierre et de la Cabane-Ronde ou des produits de l’érable de Mario Durand sur le chemin Saint-Philippe. On pourrait aussi nommer la bière de la brasserie artisanale L’Albatros ou les marchés publics d’été. Je connais d’ailleurs un dessert nommé « Le Président » que je n’ai mangé nulle part ailleurs qu’à Mascouche! Du côté des personnages célèbres, nous avons Pierre Le Gardeur de Repentigny, que la plupart d’entre nous connaissent, car un buste en bronze le représente devant l’église du village. Nous avons aussi Mme Colville, Dyson Moore ou, plus près de nous, David Jalbert et Marie-Pier Perreault qui représentent aussi l’aspect musical de la culture mascouchoise. Parlant musique, le groupe Zébulon et son chanteur Marc Déry viennent de notre ville. Nos paysages patrimoniaux pourraient être l’ensemble du noyau villageois, les nombreuses terres agricoles ou la rivière Mascouche et au niveau du patrimoine bâti, les exemples ne manquent pas non plus : le manoir, l’église Saint-Henri et l’Église anglicane Grace, l’hôtel de ville, la salle du conseil, le presbytère ou encore la bâtisse de Kayak junky! À l’occasion des Journées de la culture de 2017, la Ville de Mascouche a sondé la population afin qu’elle identifie les « trésors culturels » de la ville. Ces trésors sont en fait des éléments importants qui créent la culture mascouchoise. Consultez la liste des trésors culturels ici.


La terre des Bérard sur la Côte-Georges est un bel exemple des nombreux paysages agricoles qui nous définissent. Photo : François Tétreault

Il faut maintenant se questionner afin de savoir si ces éléments font en sorte que les Mascouchois se reconnaissent entre eux et s’ils créent un sentiment d’appartenance et d’enracinement à notre territoire. Pour moi, la réponse est oui. Et vous?

François Tétreault

Le passionné de culture et de patrimoine

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport