Message important:

Coronavirus | Cliquez ici pour suivre l’évolution de la situation

Beauté imparfaite

Publié le 12 septembre 2018 par Myriam Des Granges
dans Bien-être, Culture, Plein air

  • Partagez cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Depuis toujours, de parcourir le chemin Sainte-Marie me donne un torticolis de bonheur. Premièrement, je me tortille pour apercevoir le Manoir et son terrain de tennis englouti par la végétation.  Ensuite, je me tords le cou de l’autre côté pour voir les jardins du Jardin Moore. Ces jardins que j’ai vu grandir presqu’en même temps que moi. Le coin Sainte-Marie et Pincourt, orné d’une demeure en bois rond, m’a toujours intrigué. Tout d’abord je n’ai jamais su la nommer : Un chalet? Non, c’est trop bien entretenu. Une maison? Non plus, trop de bois, de nature et de chaleur. Que dire de son stationnement de l’autre côté de la rue. Je ne l’ai jamais compris celle-là enfant.

Le Jardin Moore

Monsieur Moore a commencé son projet à l’âge de 77 ans, moi j’en avais 3, on peut dire que j’ai grandi en voyant fleurir son bébé et qu’il n’y a pas d’âge pour enraciner l’éternel.  Ses jardins embellissent notre ville de ses richesses. William Moore, cet homme avant-gardiste, a cultivé la beauté avec des valeurs environnementales écologiques et en respect de la nature. Zéro arrosage! Et une biodiversité qui se nourrit elle-même. Les jardins sont aménagés afin qu’ils ne suscitent aucun entretien superficiel ce qui les rend peut-être  imparfaits de ses composantes, mais remplis de finesse.

Le samedi, 31 août 2018, fini d’entrevoir le Jardin depuis une voiture en marche! Je me suis permis de les ressentir en foulant son labyrinthe de végétation. J’avais l’idée naïve d’une simple promenade au milieu de fleurs bien entretenues et de trouver l’aménagement agréable. Surprise! Je me suis trompée. Plus qu’une découverte visuelle, j’ai eu droit à une rencontre intéressante et impliquée. Cette visite m’a nourri. Oui! Avec plein de dégustations insoupçonnées, mais aussi par ce qui ne se voit pas : Les valeurs et son histoire. Ce jardin a une histoire touchante remplie d’amour et de beauté pour nous, les gens de Mascouche. Je me suis mise à écouter Normand (coordonnateur du Jardin Moore) et lire ses pancartes d’informations. Ces renseignements donnent une autre dimension à ce qui charge ce visuel d’une conscience qui nous rend fiers et qui nous engage à vouloir perpétuer ce lieu. Un lieu qui brille de nos talents d’expression avec ses œuvres d’arts et son bien-être.

 

Prendre le temps de regarder

À la fin, j’ai quitté un peu désillusionnée par ma façon toujours prompte et égoïste de prendre juste ce que je vois rapidement, gloutonnement, sans réfléchir, au lieu de m’investir à vraiment regarder afin de vraiment apprécier. J’ai pris conscience que pour reconnaitre la vraie beauté, on doit s’ouvrir à une forme de réflexion et d’investissement. Permettez-vous de regarder plus que de juste voir. Voir, c’est avec les yeux, mais regarder utilise tous nos sens et notre intelligence. Prenez le temps de connaitre ce qui nous entoure. Appréciez de voir les bienfaits qui sont cachés. Émerveillez-vous de ce qui demande un peu plus d’effort. Soyons dignes de voir plus grand qu’avec les yeux.

Seulement que pour cette prise de conscience, je dis merci à Monsieur Moore et à son magnifique jardin.

Soyons beaux nous-même dans nos beautés imparfaites quelle qu’elles soient. Soyons vrais, même si la vérité a un prix. Se sentir mieux avec nous-même et accepter nos imperfections qui nous rendent unique et beau.

Le fruit du destin fait bien les choses, j’avais besoin de cette rencontre qui me redonne espoir en la vérité et la vraie beauté, celle que nous devons partager pour l’apprécier.

Merci

Myriam Des Granges

La jeune artiste mascouchoise débordante de créativité

Partagez cet article

Commentaires

Articles suggérés

L’art de ma tante Sylvie

Découvrir l’âge d’un arbre; ce fut l’activité inattendue réalisée avec la marmaille lors de notre dernière balade en forêt. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre mon plus grand me demander d’aller mesurer des arbres! Du haut de mes cinq pieds, j’ai dû trouver une autre manière d’échanger sur la taille des arbres avec mes progénitures.

Lire

Publié le 18 décembre 2019 par Cynthia Lemieux
dans Environnement, Plein air

Être une « fit mom » à Mascouche

Mascouche est une ville familiale en plein essor où il fait bon vivre. Plusieurs nouvelles familles s’installent dans cette ville puisqu’elles y retrouvent non seulement tout ce dont elles ont besoin, mais aussi parce que le bien-être et l’activité physique occupent une place très importante au cœur de Mascouche.

Lire

Publié le 11 décembre 2019 par Joëlle Pilote
dans Bien-être, Plein air, Sport