Message important:

Mascouche en zone rouge (alerte maximale) | Voir les mesures préventives

  • Partagez cette page avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • Twitter
  • Email

Mascouche inaugure une murale soulignant le 100e anniversaire de Mascouche Heights

 C’est avec fierté que la Ville de Mascouche présente aujourd’hui l’œuvre murale « De Terrebonne Heights à Mascouche Heights », apposée au 185, chemin des Anglais, soulignant le 100e anniversaire du quartier Mascouche Heights.

«Après l’œuvre murale du noyau villageois, inauguré en 2016, je suis fier de présenter une deuxième murale aux Mascouchois. L’oeuvre témoigne de la riche histoire du quartier Mascouche Heights tout en démontrant que la culture tient une place de choix à Mascouche. »

Guillaume Tremblay
Guillaume Tremblay
Maire

Sylvie Gagnon, directrice de la Société d’histoire de Mascouche souligne que « c’est un honneur pour la Société d’histoire de Mascouche, propulsée par la SODAM, d’avoir travaillé à la mise en œuvre de cette fresque visant à souligner l’histoire unique de ce quartier en illustrant autant les pionniers que les gens de la communauté. » Un processus de médiation culturelle a d’ailleurs permis de faire le pont entre les idées d’un comité citoyen et les artistes. « Le résultat de ce grand travail collaboratif est synonyme de fierté et un devoir de mémoire envers la communauté des anciens et des nouveaux résidents de Mascouche Height »  ajoute-elle.

La Ville de Mascouche remercie chaleureusement le ministère de la Culture et des Communications pour son soutien financier; les artistes de Sautozieux pour la réalisation de l’œuvre; la Société d’histoire de Mascouche, propulsée par la SODAM, pour les travaux de recherche historique et iconographique ainsi que pour la coordination et mise en œuvre de la murale. La Ville remercie également Manon Massé, directrice générale d’Uniatox, qui a accepté d’accueillir l’œuvre sur son bâtiment.

Ce que raconte l’oeuvre

La fresque nous ramène dans les années 1950, au coin des rues English et Poplar, alors qu’on nommait encore ce quartier Terrebonne Heights. Au loin, on voit le Mascouche Community Club, lieu qui a joué un rôle socioculturel primordial dans ce secteur alors majoritairement anglophone. Dans la rue, on aperçoit le laitier Jimmy Robinson accompagné de sa mère, Emily Robinson, tenant un bouquet de coquelicots; ces fleurs évoquent les nombreux soldats et vétérans du quartier ayant participé aux conflits armés du 20e siècle; la filiale 120 de la Légion royale canadienne est leur héritage.

Devant eux, une jeune écolière nous rappelle la présence des écoles Holy Rosary et Lewis King, tout en nous guidant vers l’avenir du quartier.

Au premier plan, une scène intemporelle réunie des pionniers du secteur : Harry Joy, (à gauche) achète en 1914 les terrains de la Terrebonne Land Company, fait enregistrer la subdivision sous le nom de Terrebonne Heights et les vend à sa clientèle anglophone.

L’abbé Albéric Lalande sert comme aumônier dans l’armée canadienne avant de devenir fondateur, puis curé de la paroisse Our Lady of the Holy Rosary de 1950 à 1965 et de 1968 à 1970. Il joue aussi un rôle dans la construction d’une plus grande école pour les jeunes anglophones du quartier.

Thomas Wood est le premier vice-président élu du Mascouche Community Club en 1939; il est élu conseiller municipal de Mascouche Heights de 1966 à 1982 et travaille sans relâche au bien-être de ses concitoyens.

Melvin Sullivan est le premier président du Mascouche Community Club et met son leadership au profit de l’essor de sa communauté. Il demande l’aide de l’armée canadienne pour combattre le feu ayant sévi dans le quartier en 1949.

Ce projet a été réalisé par le Service de la culture et de la vie communautaire grâce à une contribution financière provenant de l’entente de développement culturel intervenue entre la Ville de Mascouche et le ministère de la Culture et des Communications.