Ville de Mascouche - Logo

Parc du Grand-Coteau

Un parc nature, été comme hiver

 

Le parc du Grand-Coteau, sis au cœur du centre-ville 

Parc du Grand-Coteau - vidéo 2006
Parc du Grand-Coteau - vidéo 2008

Deux lacs cachés dans les bosquets et les grands pins, l’un récréatif, l’autre plus sauvage, une faune et une flore typiques de la région, c’est le spectacle dont peuvent profiter les mascouchoises et mascouchois lors des sorties familiales.

Plus encore, ce milieu, qui a été conservé autant que possible dans son état naturel d’origine, permet de nombreuses activités. Les amoureux de la nature, des fleurs et des arbres, sont enclins à se promener dans les sentiers aménagés aux abords des lacs et peuvent aussi grimper sur le coteau où ils rencontrent trois autres lacs cachés dans la forêt.

Les ornithologues se réjouissent de la présence de multiples espèces d’oiseaux attirés par la flore abondante et le couvert boisé. C’est que du nord au sud, il faut plus de trois heures de marche pour traverser le parc !

Les familles profitent d’un espace sécuritaire pour le jeu des jeunes enfants, pour les pique-niques, les jeux extérieurs et les randonnées en vélo. En hiver, le parc se transforme et une immense patinoire recouvre les eaux de l’étang. Aux abords, une glissade est aménagée pour les plus jeunes. Les pistes de ski de fond et de raquettes sillonnent le parc, en montant sur le coteau.

Depuis l’été 2003, la piste cyclable, longeant la montée Masson traverse la ville de Mascouche jusqu’au bout du chemin des Anglais, a été intégrée au parc et permet à certains résidants lors de leurs promenades à bicyclette de découvrir ce joyau vert !

Ce n’est pas un hasard si cet immense espace vert de 191 hectares est maintenant disponible pour toute la population mascouchoise, lui permettant de profiter des activités de plein air à l’année, à quelques pas de leur résidence !

Pour mieux comprendre, voici l’histoire de la naissance du parc du Grand-Coteau :

L’historique de l’aspect légal

Avant 1996, dans la zone du parc actuel, les terrains appartenaient en totalité à des propriétaires privés. Nulle propriété publique ne s’y dessinait à l’époque !

C’est en 1996 que des discussions constructives ont commencé entre l’administration et le conseil municipal. La décision d’acquérir les terrains situés sur le coteau de Mascouche, entre l’autoroute 640 et le chemin Sainte-Marie, soit jusqu’aux terres agricoles, devient l’amorce du projet de parc.

Suite au dépôt d’un projet de subdivisions pour construction de condominiums situés autour du lac Henri, et aux recommandations des services de l’Aménagement du territoire et de la Direction générale, le conseil procède à l’acquisition du site pour servir de porte d’entrée à un immense parc municipal qui regrouperait tous ces terrains, en plus de ceux du coteau et d’autres terrains nécessaires à l’agrandissement futur du parc.

En 1991-1992, après de longues négociations avec Hydro-Québec, en prévision d’obtenir les sommes déjà prévues quant à l’installation de leurs équipements, une entente a été parafée. Une deuxième entente a été signée en 1996. Elle a permis la réalisation du boulevard Mascouche, le prolongement de l’avenue Châteaubriant, ainsi que la préparation d’une ébauche du premier plan directeur du parc. Cette étude a été le premier pas important visant la création du parc du Grand-Coteau, par la Ville de Mascouche.

D’autres négociations ont été tenues avec les propriétaires des terres du lac Henri qui, à cette époque, comptaient une trentaine de chalets et trois bâtiments. Le site s’étendait alors sur une superficie de deux (2) millions de pieds carrés. Les négociations ont permis à la Ville de devenir propriétaire du Lac Henri. Dans le cadre de ces négociations, Hydro-Québec a accepté de verser la somme de 250 000 $ pour la construction du boulevard Mascouche et 200 100 $ pour des études environnementales. Quant à la Ville, elle a versé aux propriétaires terriens une somme de 860 000 $, payée en cinq (5) ans.

Le plan directeur

Dès l’adoption du plan directeur du parc du Grand-Coteau et des autres parcs, en 1997-1998, la Ville a entamé des négociations avec les autres propriétaires terriens afin de compléter le parc. Chacun d’entre eux a remis à la municipalité 10 % de la superficie de son terrain pour fins de parc. Ces cessions ont permis de constituer aujourd’hui la plus grande réserve foncière de parcs de la région métropolitaine de Montréal, et plus particulièrement au nord de celle-ci.

Ces acquisitions ont été réalisées par la Ville de Mascouche entre les années 1998 et 2006 inclusivement. Ainsi, nous avons conservé plus de vingt (20) millions de pieds carrés d’espaces verts, et ce, en plein centre-ville. Ce faisant, des sentiers piétonniers, de ski de fond et de raquette, qui auparavant étaient situés du côté du Manoir Seigneurial au nord du chemin Sainte-Marie, sont déplacés pour être aménagés du côté du parc du Grand-Coteau.

Le comité « Cours de l’Étang »

Deux ans plus tard, le comité « Cours de l’Étang » a vu le jour. Il a permis d’assurer la promotion de notre ville, du parc, ainsi que de la construction domiciliaire alentour. Dès le début ont siégé sur ce comité, les représentants des promoteurs, tels que Lapointe, Ouellette, Théberge et Associés, Les Constructions Jean-Guy Ouellette inc., Les Constructions Normand Lapointe, Les Constructions Gérard Théberge, le promoteur Paolo Mori, Gaudreault Constructions, Goyette, Duchesne et Lemieux, tous propriétaires de diverses terres à Mascouche, ainsi que des représentants du conseil municipal, du service de l’Aménagement du territoire et de la Direction générale.

De ce comité est issu la politique promotionnelle pour les projets domiciliaires « Cours de l’Étang ». D’ailleurs, celle-ci est toujours en vigueur et permet à la Ville de mettre en œuvre les campagnes publicitaires annuelles, payées par les promoteurs. En effet, un règlement adopté par le conseil municipal, permet de facturer un montant de trois cents (300) dollars pour chaque unité d’habitation construite à Mascouche.

Quant à la Ville, elle s’engageait à verser, à titre de quote-part au programme, la totalité de cet argent en frais de publicité, ainsi que ses droits sur une entente publicitaire avec la firme Affichage OMNI, permettant la diffusion de messages sur le réseau radiophonique, ainsi que l’installation d’affiches sur les enseignes, le long de certaines autoroutes du territoire métropolitain.

Quelques chiffres

Notre parc a une envergure nationale, mais il est la propriété uniquement de la Ville de Mascouche. Avec ses 191 hectares de superficie, savez-vous qu’il est plus grand que les plaines d’Abraham (108 hectares), plus grand que le Mont-Royal (189 hectares) et plus grand que les parcs de la nouvelle collectivité de Longueuil (165 hectares) ?

Ce parc est si grand que, pour notre population de plus de 42 000 habitants, il dépasse largement les normes nationales en ce qui a trait au nombre de mètres carrés de terrain ou de parc à disposer dans une ville.

Dans les faits, 17% du territoire situé en zone blanche, donc en dehors de la zone agricole, est un espace vert. Si l’on ajoute les superficies du parc du Grand-Coteau et de la forêt du Domaine du Manoir, le ratio par habitant sera de 117 mètres carrés. À titre de comparaison, Montréal ne dispose que de 10 mètres carrés par habitant.

Avec une population qui représente seulement 2% de la population de la Ville de Montréal, les citoyens de Mascouche disposent de 11 fois plus d’espaces verts que leurs voisins montréalais. Il s’agit certainement d’un écart considérable et enviable, réalisé grâce à une politique agressive d’acquisitions en vigueur depuis 1996.

La subvention à venir

La Ville de Mascouche ayant une immense superficie, elle a déposé plusieurs demandes de subvention afin de relocaliser et d’aménager les sentiers sur ses propres propriétés. Ces réaménagements viendront ouvrir le parc dans son ensemble et permettront aux résidants d’y avoir un accès privilégié.

De plus, dans le but d’accélérer le développement du parc et d’en favoriser l’utilisation, l’administration a procédé à une autre demande de subvention auprès du ministère de l’Éducation et des loisirs du Québec, afin d’obtenir des fonds pour réaliser les travaux d’aménagement de sentiers et de sentiers éclairés, en accord avec l’environnement et les responsabilités publiques de la Ville. Notons que traverser le parc à pied, du nord au sud, prend largement plus de trois heures et demie.

Le but de la démarche

Le but du conseil municipal et de l’administration est avant tout de protéger ce poumon vert pour l’avenir et d’en favoriser l’accès à toute la population. C’est aussi pour se doter du plus grand attrait environnemental de toute la région métropolitaine et ainsi protéger la flore et la faune de notre territoire qui fait partie intégrante du patrimoine mascouchois.

Le parc du Grand-Coteau se veut donc un parc environnemental boisé qui, à maturité, sera constitué de cinq lacs et de sentiers éclairés pour les activités de marche, de cyclisme, de raquette ou de ski de fond, dans un environnement naturel protégé.

L’objectif ultime est de pouvoir circuler d’un lac à l’autre sans jamais avoir à traverser une rue, sur des sentiers légèrement éclairés et sécuritaires, contribuant ainsi au bien-être de tous et chacun.

Un chalet y sera aménagé pour les activités, des belvédères seront construits tout le long du parcours et des tables de pique-nique seront aménagées. Le tout permettra à tous d’admirer les cours d’eau, la végétation et la vue. Des aménagements seront construits assurant à nos familles un espace récréatif, sans nuire à l’environnement, à la flore et à la faune.

La planification

La Ville a utilisé tous les outils de planification urbanistique afin de sauvegarder ces éléments. La majorité de ce site a été classée « zone de conservation », mis à part les parcs qui sont situés en « zone parc » bien entendu.

Nous pouvons donc dire qu’il s’agit non pas d’un geste hâtif, mais bien d’une planification de plus de dix ans. Il était impossible de réunir et d’acquérir tant de pieds carrés si le tout n’avait pas été planifié à l’avance.

En effet, rappelons que le parc du Grand-Coteau est une création pleine et entière de la Ville de Mascouche, qui a pu être réalisée grâce à la vision du conseil municipal et par une planification de plus de 10 ans des services municipaux.

Nous sommes conscients que tous les Mascouchois n’ont pas eu l’occasion de se rendre sur place ou de marcher dans le parc pour y constater la grande beauté de ce joyau, situé au cœur de chez vous, à deux pas de votre résidence. Nous avons donc créé cet accès sur le site web qui vous permet de constater ce que nous possédons déjà.