Ville de Mascouche - Logo

Arbres

Mascouche est une localité remarquable pour les sites et espaces naturels existants, que ce soit ses vastes étendues boisées, ses coteaux et collines, ses lacs, ainsi que la rivière Mascouche qui la traverse. Déjà en 1997, pour préserver un de ces espaces, la municipalité crée un parc écologique et familial en plein cœur du centre-ville, le parc du Grand-Coteau, de 10 millions de pieds carrés, qui intègre le parc d’Hydro-Québec.

Pour toutes ses raisons, Mascouche s’est dotée, en 2001, d’une politique de plantation, de conservation et d’abattage d’arbres afin de souligner le rôle essentiel que jouent les arbres au sein d’une municipalité. Elle se propose également de promouvoir l’impact positif des arbres sur la santé de la collectivité et de sensibiliser les citoyens à cette réalité. C’est dans cette optique, que s’est tenue une importante plantation d’arbres en 2000, lors du 250e anniversaire de la Ville de Mascouche, ainsi que la distribution de jeunes arbres chaque année en mai.

Pour continuer dans cette voie, la municipalité a besoin de la collaboration des citoyens à plusieurs niveaux : le respect de la réglementation, le respect et la protection des arbres dans les terrains publics et dans les parcs, la volonté de chaque mascouchoises et mascouchois de planter des arbres et des arbustes, sur leur propre terrain.

Pour une ville verte et en santé !

L'AGRILE DU FRÊNE

La Ville de Mascouche réagit à l'invasion de l'agrile du frêne! 

L’agrile du frêne est un insecte ravageur originaire de l’Asie orientale qui cause de graves dommages aux frênes. Depuis qu’il a été détecté en Amérique du Nord en 2002, il a tué des millions de frênes dans le sud-ouest de l’Ontario, le Michigan et les États avoisinants. Au Québec, les régions de la Vallée de la Gatineau et de Montréal sont durement touchées.

La division de l’environnement de la ville de Mascouche a récemment réalisé un inventaire complet des arbres sur le site patrimonial de la ville comprenant notamment l’hôtel de ville, l’église, le presbytère et l’ancien couvent Saint-Henri-de-Mascouche.

Un plan d’intervention comprenant la vaccination de certains arbres, la coupe préventive et le remplacement de quelques frênes a rapidement été mis en application. Dans les prochaines semaines, plusieurs frênes de grande valeur seront traités contre l’insecte. Cette intervention est un premier pas vers une lutte intégrée contre l’agrile du frêne et la sauvegarde du patrimoine arboricole de Mascouche.

Mascouche est désormais situé dans la zone réglementée par l’ACIA
Depuis le 1er avril 2014, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) règlemente le déplacement des frênes et de toutes les parties de ceux-ci, notamment les feuilles fraîches, les rameaux, le bois scié, l’écorce, les billes, le bois d’œuvre, le bois de pâte et de tout autre produit de bois pouvant servir d’abri à l’agrile du frêne.

Le déplacement du bois de chauffage de toutes les essences est aussi réglementé pour ne pas propager l’agrile hors des zones affectées. Il est interdit de déplacer sans autorisation les produits de frênes de l’intérieur vers l’extérieur de la zone règlementée. La zone réglementée comprend notamment la MRC Les Moulins, Montcalm et l’Assomption. Par exemple, il est interdit de déplacer des copeaux ou des branches de frênes coupés à Mascouche vers Entrelacs ou Joliette puisque ces municipalités sont situées à l’extérieur de la zone réglementée et que cette activité risque de propager l’agrile.

Les citoyens sont invités à communiquer avec la division de l’Environnement de la Ville de Mascouche pour obtenir des informations sur la vaccination des frênes, sur leurs propriétés privées ou pour s’assurer d’une disposition adéquate de résidus de frêne. Il est aussi possible de consulter le site WEB de l’ACIA pour plus de détails sur les limites de la zone réglementée et sur l’agrile du frêne à l’adresse suivante http://www.inspection.gc.ca/vegetaux/protection-des-vegetaux/insectes/agrile-du-frene/.

Information : (450) 474-4133, poste 1000


 


La réglementation en trois volets

  1. La plantation d’arbres

    Toute nouvelle construction est assujettie à la plantation d’un minimum de deux arbres, par tranche de 10 mètres de façade, dont 1 arbre en cour avant.

    Hauteur minimale : 2,5 mètres dans le cas de feuillus et 1,5 mètre dans le cas de conifères, au moment de leur plantation.

    Ces arbres doivent être plantés dans les douze mois suivant l’émission du permis de construction.

    Certaines essences d’arbres font l’objet d’une restriction quant à l’endroit où l’arbre doit être planté. Le service de l’Aménagement du territoire pourra informer le demandeur à cet effet.

  2. Protection des arbres lors de travaux

    Le tronc de tout arbre susceptible d’être endommagé lors de travaux doit être protégé adéquatement.

    Le niveau du terrain doit être conservé dans un rayon de 1,5 mètre de tout arbre lorsque des travaux de remblai sont effectués.

  3. Restrictions applicables lors de l’abattage d’arbres

    Tout abattage d’arbres résultant à rendre la densité d’arbres inférieure à celle établie ci-haut doit être complété par une plantation d’arbres permettant de respecter cette densité minimum.

    L’abattage d’arbres est interdit sur une bande de quinze mètres en bordure de tout chemin public et de toute ligne de propriété, sauf dans certains cas bien précis.

    Est considéré comme arbre, tout arbre ou arbuste dont le tronc a un diamètre de 10 cm et plus, mesuré à 1,3 mètre du sol.

Pour plus d’informations : (450) 474-4133, poste 1000